La LIR - Compagnie Médiévale de Savoie
Merci de prendre connaissance des modifications dans le forum calendrier.
Et surtout de vous manifester quand à votre présence.

La bannière

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La bannière

Message par Invité le Mar 7 Déc 2010 - 16:35

http://www.mat-drapeau.com/histoire-banniere.html

La bannière du moyen-âge au XIXe siècle


La bannière royale

Le mot bannière a désigné, au moyen âge et jusqu'au XVIe siècle, un petit drapeau rectangulaire, armorié, attaché à une lance ou à une hampe. La bannière était le privilège des seigneurs puissants qui pouvaient conduire à l'armée un certain nombre de chevaliers et qui étaient dits bannerets ; les officiers qui commandaient l'armée royale jouissaient de la même prérogative, même s'ils n'étaient pas bannerets; enfin le roi, lorsqu'il était à la tête de ses troupes, se faisait précéder de la bannière royale.

L'historien Ligord raconte qu'à la bataille de Bouvines Gales de Montigny portait devant Philippe-Auguste la bannière royale semée de fleurs de lys. Les vitraux de Chartres nous ont conservé la représentation do nombreuses bannières féodales du XIIIe siècle et notamment de la bannière royale de saint Louis. C'est un petit drapeau bleu semé de fleurs de lys d'or. La bannière royale n'accompagnait pas seulement le roi à l'armée; elle figurait à son sacre et à ses obsèques; on la mettait en girouette sur les tours des villes du domaine; on l'attachait à des mâts plantés dans les camps des troupes royales ; on la plaçait à la poupe des vaisseaux royaux. C'était toujours un carré de soie ou de velours bleu frangé d'or semé de fleurs de lys d'or. Mais l'usage de la bannière royale tomba peu à peu en désuétude ; elle parut pour la dernière fois aux obsèques de Louis XIV.

Les bannières des églises et des abbayes furent longtemps semblables de forme comme de nom aux bannières féodales : elles avaient, du reste, la même signification; elles guidaient à l'armée ou dans les cérémonies les vassaux de l'Eglise ou de l'abbaye et étaient portées par leurs avoués. A l'exemple des barons, les communes eurent leurs bannières, analogues à celles des chevaliers ; et bientôt les paroisses, les confréries, les corporations ou les quartiers des villes se distinguèrent par des bannières différentes, si bien que dans certaines villes le mot bannière finit par être synonyme de quartier ou de corporation. Dans quelques villes du Nord on nommait maieurs de bannière les chefs élus des métiers. A la fin du XVe siècle, on imagina de disposer la bannière carrée sur un manche en forme de T, a la barre transversale duquel on la cloua; en même temps, les bannières devinrent plus amples. Depuis le XVIe siècle, on dorra de préférence aux bannières religieuses la forme du « labarum » qu'elles ont conservé, Depuis cette époque le clergé, les confréries et surtout les corporations et les sociétés ont seules conservé l'usage de la bannière. Les sociétés musicales, notamment, ont chacune leur bannière à laquelle on suspend les médailles et autres signes de distinction obtenues dans les concours par l'association. On a souvent, par abus, donné le nom de bannière & d'autres sortes de drapeaux,

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum